ma passion–ma nature

  • Accueil
  • > Archives pour le Mardi 17 novembre 2009

17 novembre, 2009

LE CO2 ETAT CRITIQUE SUR LA PLANETE

Classé sous Non classé — mapassionmanature @ 6:54

L’effet boule de neige du réchauffement climatique

LE CO2 ETAT CRITIQUE SUR LA PLANETE 2705114oqcbi

D’après les scientifiques, l’une des premières conséquences des changements climatiques pourrait être d’accélérer le réchauffement.   

Dans l’esprit de tout un chacun, réchauffement rime déjà avec catastrophes. Pourtant, l’effet le plus pervers du réchauffement climatique pourrait bien être… le réchauffement climatique lui-même. Les prévisions des scientifiques commencent déjà à être dépassées, du fait de nombreux mécanismes qui aggraveraient l’effet de serre. Le réchauffement climatique devrait accélérer le cycle de l’eau (évaporation et précipitations) et accroître le contraste entre zones sèches et humides. Dans les zones tempérées, il est déjà avéré qu’inondations, tempêtes et autres sécheresses seront plus fréquentes. Ces phénomènes climatiques extrêmes affecteront la capacité des êtres vivants à emmagasiner le CO2, principal responsable de l’effet de serre. Ainsi le réchauffement des sols forestiers et la multiplication des incendies libèrent du dioxyde de carbone (CO2) et du méthane (CH4). D’autre part les sécheresses, qui se multiplieront, ralentissent l’activité des plantes et donc… le stockage du CO2. Philippe Coutais, spécialiste des cycles du carbone, estime que la canicule de 2003 avait réduit la croissance végétale européenne de 20 % par rapport à la moyenne 1960-1990. Les plantes auraient ainsi rejeté l’équivalent de quatre années de stockage de carbone. Enfin, le réchauffement climatique devrait aussi faire fondre les couvertures de glace continentales et marines. La fonte des pergélisols (terres continuellement gelées) mettra à jour des détritus organiques, dont la décomposition libèrera encore plus de gaz à effet de serre (GES).

20080302-close-up

Ces mécanismes amplificateurs font exploser les prévisions des scientifiques qui les avaient jusque-là ignorés. La dernière mesure satellite en date a révélé que le Groenland perd 200 milliards de tonnes de glace par an, soit trois fois plus que prévu ! Inutile de dire que la disparition, même partielle, de l’inlandsis du Groenland serait du plus mauvais effet : « Le niveau de la mer augmenterait de 7 mètres en cas de fonte totale », s’inquiète Gilles Sommeria, de l’Organisation mondiale de météorologie. Soit bien plus que les 40 cm qui font aujourd’hui consensus pour l’horizon 2100. Les prévisions pour l’après 2100 tiennent du scénario de science-fiction. La fonte des régions polaires devrait précipiter une quantité considérable d’eau douce dans les océans, ce qui perturbera, voire arrêtera la circulation des courants marins. Les scientifiques commencent à envisager sérieusement l’arrêt du Gulf Stream, qui a déjà montré des signes de ralentissement. L’hypothèse aurait le bon goût de refroidir de 5°C le Nord de l’Europe et l’Est des Etats-Unis. Impossible toutefois de prédire quand ou même si cela arrivera. Qu’importe, le Pentagone a extrapolé l’impact de ce scénario sur la sécurité nationale des Etats-Unis. Pour 2025, les galonnés américains imaginent au pire une « confrontation directe entre les flottes américaines et chinoises dans le Golfe persique ». On n’est jamais trop prudent.

par Yannick Groult 

wwf-belgique-2

polar-bear-global-warming2187360633_small_1

La Connaissance de Soi et d... |
PETIT JOURNAL DES SOUVENIRS... |
c218 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Planète : nature et animaux
| La psychologie
| analyses, contestations pol...